<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1652509038381044&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Digitaleo x EcoTree : un partenariat pour concilier écologie et marketing


Lecture : 6 minutes

Partager :

À condition d’être correctement entretenues et exploitées dans une logique de gestion durable qui implique une utilisation pérenne du bois d'œuvre, les forêts représentent le deuxième puits de carbone mondial. C’est pourquoi il est essentiel d’en prendre le plus grand soin, à l’heure où les bouleversements climatiques deviennent réalité. Consciente de cela, Digitaleo s’engage à financer la plantation ou l’entretien de 2800 arbres chaque année pendant au moins 5 ans, dans les forêts d’EcoTree. Et pour lancer un projet plus ambitieux, elle propose désormais à ses clients de s’engager également en prenant part au soutien des forêts françaises.

 

Bannière articles blog (6)

1. Qu'est-ce qu'un puits de carbone ?

On définit comme puits de carbone tout organisme qui absorbe certaine quantité de carbone (essentiellement sous forme de CO2) présent dans l’atmosphère et le stocke sur une durée plus ou moins limitée. Il existe dans la nature plusieurs vastes organismes qui agissent comme des puits de carbone naturels.

Les océans

Les océans, sont l’élément absorbant la plus grande quantité de CO2 et produisant le plus d’oxygène (O2), notamment grâce au plancton dont le processus de photosynthèse est à peu près semblable à celui des arbres.

Les tourbières

Viennent ensuite les tourbières, qui sont un immense puits de carbone naturel, stockant 30% du carbone des sols du monde entier pour seulement 3% des terres émergées de la planète. Malheureusement, leur surface régresse chaque année dans le monde. 

Les forêts

Enfin, les forêts, qui stockent moins de CO2 pour une même surface, mais qui ont une superficie totale bien plus étendue que les tourbières, cette surface augmentant sensiblement en Europe, tandis qu’elle régresse dans d’autres parties du monde (en Amazonie par exemple). Grâce à leur surface étendue (environ 30% de la superficie totale des terres émergées du monde), les forêts représentent le deuxième puits de carbone mondial. Chaque année, elles absorbent ainsi quelque 7,5 milliards de tonnes de CO2, ce qui paraît beaucoup mais ne représente qu’une fois et demie la quantité de CO2 émise par les Etats-Unis en une année. À mesure que la déforestation croît en Amazonie, en Indonésie ou dans le Bassin du Congo, qui sont les trois plus grands puits de carbone du monde, la balance absorption/émission de CO2 tend à se réduire. Car les forêts, si elles absorbent du CO2 et produisent de l’O2 peuvent aussi faire l’inverse.

 

Bannière articles blog (5)

2. Comment les forêts agissent-elles comme puits de carbone ?

Pour agir comme un puits de carbone, il faut qu’une forêt soit en bonne santé. Dégradée, abîmée, non entretenue ou, pire, volontairement défrichée, une forêt peut émettre plus de dioxyde de carbone qu’elle n’en absorbe. Car si les arbres ont besoin du CO2 pour produire le carbone dont sont faits leurs troncs, leurs branches, leurs racines…, ils n’agissent efficacement comme puits de carbone qu’à condition de séquestrer ces molécules gazeuses dont leur pâte est faite. 

C’est un phénomène chimiquement complexe mais schématiquement simple à comprendre. Pour emmagasiner le carbone qui représente un peu moins de 50% de sa matière sèche, un arbre a besoin de capter d’importantes quantités de CO2. Ainsi, grâce à la photosynthèse, l’arbre, comme toute plante, utilise l’énergie lumineuse pour synthétiser les matières organiques qu’il capte par les feuilles et par les racines. 

Pour comprendre le processus, il faut s’imaginer qu’il capte par les feuilles le dioxyde de carbone (CO2) de l’air ainsi que l’énergie lumineuse. Par les racines, il capte l’eau (H2O) et, grâce à l’énergie lumineuse, casse les molécules et les recombine pour fabriquer de la sève riche en glucides (C2H12O6), fabriquée à partir du CO2 et de l’H2O. L’arbre rejette aussi du dioxygène (O2) au cours de la transformation. C’est ainsi que l’on peut schématiquement affirmer que l’arbre absorbe du dioxyde de carbone (avec lequel il fabrique du bois) et produit de l’oxygène.

Toutefois, lorsque l’arbre est brûlé, qu’il pourrit ou se désagrège naturellement, il rejette plus ou moins lentement dans l’atmosphère une partie de la quantité de CO2 qu’il a absorbée au long de sa croissance à raison de quelque 25 kg/an, en moyenne (le reste du CO2 finissant dans le sol). C’est pourquoi il faut entretenir les forêts et utiliser intelligemment le bois qu’elles produisent.

 

Bannière articles blog (7)

3. Pourquoi Digitaleo s'associe à EcoTree ?

Le bilan carbone de Digitaleo, réalisé en 2020, a confirmé que leur activité participait au réchauffement climatique et surtout a été le point de départ pour améliorer leurs pratiques et réduire leur impact environnemental. Après avoir changé certains fournisseurs, rendu plus vertueuses certaines habitudes (tri, vrac, télétravail, mobilité douce…), ils ont cherché à réduire le principal poste d’émissions : 52% est issu de l’envoi des emails via leur plateforme. Ils ont d’ailleurs publié un guide de bonnes pratiques pour se lancer dans la communication raisonnée, afin de communiquer moins mais mieux. Puis en cherchant à aller plus loin, l’idée du puits de carbone a émergé.

Entretenir les forêts est essentiel pour qu’elles ne relarguent pas dans l’atmosphère tout le CO2 qu’elles ont emmagasiné et qu’elles continuent de jouer leur rôle de puits de carbone le plus longtemps possible. Le constat a été récemment fait par une étude scientifique : aujourd’hui, la forêt d’Amazonie relâche davantage de CO2 dans l’atmosphère qu’elle n’en absorbe*. En cause, la déforestation, mais surtout et avant tout les mauvais traitements qui lui sont causés. En pratiquant des coupes sélectives d’arbres, en les rendant plus vulnérables aux sécheresses et en déstabilisant l’écosystème complexe de cette forêt tropicale, il lui est fait plus de mal qu’en sacrifiant des hectares de forêt pour l’agriculture ou le pâturage. 

Le premier devoir que nous avons vis-à-vis d’une forêt est de l’entretenir dans le respect de sa nature d’écosystème complexe où entrent de nombreuses interactions. Une forêt, c’est d’abord un sol, un climat, une exposition qui permettront à telles et telles essences d’arbres de se développer en interaction les unes avec les autres, de même qu’avec toute la flore et la faune qui leur sont liées. 

Il n’est pas question de planter n’importe quelle essence d’arbre n’importe où, de même qu’il faut savoir quand et comment récolter les arbres qui ont atteint leur maturité. Une fois les arbres coupés, il est important de suivre leur transformation, afin que le carbone qu’ils ont stocké soit durablement conservé. Dans cette optique, le bois d'œuvre ou d’ameublement est l’un des meilleurs débouchés. Cela requiert du bois d’excellente qualité, à quoi oeuvre EcoTree dans ses forêts. 


Bannière articles blog-Sep-13-2021-01-07-37-13-PM

4. EcoTree propose un investissement durable et rentable

Les labels FSC et PEFC qui ont été délivrés ou sont en cours de l’être à toutes les forêts gérées par EcoTree attestent la gestion durable des massifs boisés et permettent de valoriser le bois qui en est prélevé. 

Il est important d’avoir conscience qu’un investissement fait dans une forêt d’EcoTree, en finançant la plantation et/ou l’entretien d’arbres, est gage d’une gestion sylvicole durable et pérenne mais aussi d’un retour sur investissement intéressant. En effet, le bois ne cesse de prendre de la valeur à une époque où l’on cherche des alternatives durables aux énergies fossiles ou polluantes. La commercialisation du bois des forêts d’EcoTree est soumise à l’aval de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF)

Par ailleurs, EcoTree ayant été labellisée BCorp, c’est gage à la fois de son engagement dans une économie vertueuse et du respect qu’elle a non seulement de la nature mais encore de tous ses collaborateurs et partenaires. 

Conclusion

Alors que nous savons que le CO2 est l’un des gaz à effet de serre le plus dangereux à une époque de réchauffement climatique mondial, de par son pouvoir cumulatif qui finit par former comme une couverture atmosphérique autour de la Terre, il est urgent de soutenir les puits de carbone naturels qui permettent de contrer cet effet. La forêt est l’un d’eux, que nous souhaitons enrichir. Engagez-vous avec nous pour communiquer moins mais mieux puis capter l’équivalent des émissions incompressibles.

 

 

Références :

*https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/la-foret-amazonienne-bresilienne-emet-desormais-plus-de-carbone-qu-elle-n-en-absorbe-149788.htm 

Matthieu d'EcoTree

Ecrit par Matthieu d'EcoTree

Matthieu est rédacteur pour EcoTree. Il vit dans le Sud-Est de la France. C'est un grand passionné de nature et la forêt est l'un de ses sujets favoris.
false